Quelques remarques personnelles sur les « digital humanities » en SHS #dhiha5

J’ai rédigé ce billet afin de participer aux deux journées organisées par le Deutsches Historisches Institut à Paris les 10 et 11 juin 2013, en collaboration avec L.I.S.A. et Cléo, autour des questions des « digital humanities ». Quatre grands thèmes de discussion ont été choisis :

–       Formes numériques de notre culture scientifique

–       Questions de formation : quelles nouvelles compétences sont nécessaires ?

–       Assurer la qualité et évaluer la recherche

–       Carrières, financements et reconnaissance académique

 

 

N’étant qu’en première année de Master (M1), je n’estime pas forcément avoir l’expérience, les compétences ou les connaissances nécessaires à la rédaction d’un texte répondant correctement et sérieusement aux problématiques posées par l’un de ces thèmes. C’est pourquoi j’ai préféré, en espérant que cela convienne, rédiger un billet plus général, pouvant s’inscrire dans plusieurs de ces questionnements, afin de donner quelques unes de mes impressions sur les différentes questions liées à la culture numérique en sciences humaines et sociales (dans mon cas en Histoire) auxquelles j’ai été confronté durant mes études franco-allemandes (ou plutôt franco-germaniques) à Strasbourg, Bamberg et Bâle[1].

Je commencerais par une remarque quelque peu « négative », un regret même : le manque d’informations quant au monde de l’open access scientifique, tant dans les Licences françaises que dans les Bachelors allemands. En France, la présentation de la possibilité d’obtenir des articles en ligne s’est plus ou moins limitée à celle – certes très importante – du site Persée. Si ce site est indispensable, s’y limiter est vraiment dommage. En Allemagne, nous avons évoqué lors d’un Proseminar quelques sites comme Jstor. Cependant, les petites universités, comme celle de Bamberg où j’ai étudié, ne proposent pas forcément des codes d’accès à leurs étudiants. Il est d’ailleurs notable qu’il n’existe pas en Allemagne de base de données entièrement libre comme Persée en France.

Il se peut que je noircisse un peu le tableau, mais ce manque d’information est bien réel. Peut-être qu’il est ressenti moins fortement par les étudiants parisiens grâce aux conférences organisées à ce sujet, mais malheureusement, peu voire pas de conférences/journées d’études ne sont organisées en province. Pour élargir au monde scientifique numérique de manière plus générale, durant mes trois années de Licence, pas une seule fois je n’ai entendu les noms d’Hypotheses ou de Zotero. Ce dernier aurait pourtant été plus qu’utile pour la rédaction de nos nombreux mini-mémoires ; « devoirs semestriels » à Strasbourg et Hausarbeiten à Bamberg et Bâle.

Ce « problème » peut s’intégrer dans les deux premières thématiques choisies par les organisateurs de ces deux journées. Nous disposons aujourd’hui d’une multitude de formes d’accès à la culture scientifique sur Internet : bases de données d’articles, livres numérisés, blogs, forums, espaces de stockage et d’échanges bibliographiques comme Zotero, etc. Si pour certains dire cela est un lieu commun, voire enfoncer une porte grande ouverte, je pense qu’il serait utile de plus en informer les étudiants débutant leur parcours en sciences humaines et sociales. Je trouve personnellement qu’il serait même souhaitable d’insérer un cours d’introduction à la culture numérique scientifique dans les programmes de Licence – j’ignore si cela existe déjà dans certaines universités – quitte à le faire en remplacement de l’une des nombreuses options que l’on nous impose, souvent peu utiles et demandant un important travail personnel.

 

Cela pose cependant un problème majeur, évoqué par la deuxième thématique choisie, celui des compétences. Apprendre à utiliser correctement Zotero seul est très certainement possible, mais obtenir de l’aide, assister à une démonstration par quelqu’un maîtrisant vraiment cet outil ne peut être que bénéfique. A l’EHESS nous avons eu cette chance lors d’une séance du cours de méthodologie de la recherche[2]. Je ne sais pas ce qu’il en est dans les différentes universités françaises et allemandes. A Strasbourg, cela n’existe, du moins en histoire, tout simplement pas. A Bamberg, une introduction à l’utilisation du logiciel Citavi est possible. Cependant, si j’ai bien compris, il est limité à quelques fonctions de base et, surtout, n’est compatible qu’avec le catalogue en ligne de la bibliothèque de l’Université de Bamberg.

Mes recherches pour mon mémoire de Master portent sur la socialisation et les formes de sociabilité des étudiants français et allemands à la fin du XIXe siècle dans le cadre de leurs associations et corporations. Je pense qu’il serait possible et intéressant d’interroger certaines nouvelles plateformes des digital humanities comme les blogs Hypotheses en ces termes. Si Twitter et Facebook font déjà l’objet d’études scientifiques, il ne semble pas que ce soit encore le cas des blogs scientifiques. Ces nouvelles plateformes de discussions en ligne pourraient former un nouveau centre de débats entre scientifiques, en complétant – sans les remplacer – les débats par articles et revues interposés ; mais également de contacts entre professeurs, étudiants, érudits. J’aurais ici une vaste question à laquelle ne n’ai bien évidemment pas de réponse : les digital humanities sous toutes leurs facettes pourraient-elles former une « République des lettres » (n’ayons pas peur des grands mots) du XXIe siècle ? Cette question pourrait obtenir une réponse, au moins partielle, avec les interventions répondant aux deux derniers thèmes choisis : il faut « s’assurer de la qualité » des publications – et je pense que c’est le cas – et surtout obtenir une « reconnaissance académique » afin de légitimer ces nouvelles pratiques en sciences humaines et sociales.

 

Mise à jour du 23 mai 2013 : le programme du colloque a été publié ! Vous pouvez le retrouver ici : http://dhiha.hypotheses.org/871

Antonin Dubois

Twitter : Antonin Dubois — @atndbs


[1] Voir le billet que j’ai rédigé avec Florian Godefroy sur la présentation de notre Licence HISTRABA : http://parhei.hypotheses.org/72.

[2] Le blog la Boîte à Outils de l’Historien, cogéré par cette même personne – Franziska Heimburger – propose également des tutoriaux pour Zotero. Elle a également écrit un billet pour ces journées d’études, justement en partie sur le thème des compétences : http://www.boiteaoutils.info/2013/04/former-lutilisation-des-outils.html.


8 réflexions au sujet de « Quelques remarques personnelles sur les « digital humanities » en SHS #dhiha5 »

  1. J’adhère au problème méthodologique soulevé dans les commentaire ; je me suis moi-même fatiguée les neuronnes à songer aux aspects méthodologiques des humanités numériques comme prérequis. Poser la question de l’« alphabétisation au numérique », c’est-à-dire sur l’introduction à l’*USAGE* des instruments de base (et non à leur fonctionnement ; cf. le « camboui » mentionné par Frédéric Clavert), c’est aborder les DH par le côté « humanités », si l’expression est permise ; c’est-à-dire par un angle bien précis, celui principalement entendu durant le colloque #dhiha5 : faire des humanités avec le numérique. De ce point de vue, les besoins en apprentissages ici énoncés sont on ne peut plus légitimes et, dans leur fondement et leur nature, ne sont pas dissociables de l’application de l’informatique aux SHS. Ces deux approches restent cependant avec des objectifs différents. Faire des humanités avec le numérique a des enjeux sociologiques, politiques – en venir à faire référence à la République des Lettres en est un exemple – pour la reconnaissance des humanités produites au travers de ce médium qui assume de répondre à la question « pourquoi passer par le numérique et non par l’analogique », là où l’informatique appliquée au SHS va chercher à répondre au comment faire des humanités avec le numérique. On perçoit l’influence des deux champs d’origine « SHS » et « informatique », et leur distorsion. Le point commun entre ces deux mondes est le numérique et ces deux mondes ont des besoins en terme de formation et de reconnaissance professionnelle. Il me plaît à penser aux humanités numériques comme l’art de répondre aux questions « pourquoi et comment faire avec le numérique » concernant l’expression et la représentation de la connaissance humaine en général.
    Ce commentaire est trop peu finalisé à mon goût. J’aurais d’autres occasions d’y revenir pour l’ajuster et le corriger au besoin, car je souhaite vous rejoindre à temps à 18h au #dhiha pour le manifeste. Merci de ce témoignage. Je l’utiliserai probablement comme exemple.

    De par son aspect pratique et organisationnel, ce post est vraiment un écho très utile à la contribution de Frédéric Clavert au #dhiha. http://www.clavert.net/contribution-au-colloque-dhiha5-questions-de-formation-quelles-nouvelles-competences-sont-necessaires/

  2. « insérer un cours d’introduction à la culture numérique scientifique dans les programmes de Licence » – Le rêve, évidemment ! Il est loin d’être une réalité dans les universités (suisses) que je côtoie. A ne pas oublier toutefois que le numérique n’est qu’un aspect de la « culture scientifique » (elle-même également très peu expliquée aux étudiants, malheureusement).

    1. Merci de votre commentaire ! C’est vrai qu’un cours plus vaste de culture générale scientifique pourrait être très intéressant ! Rien qu’apprendre à connaître et maîtriser les « sciences auxiliaires » (« Hilfswissenschaften »), du moins les plus importantes comme la paléographie, n’est pas toujours chose aisée, en France comme en Allemagne ou en Suisse j’ai l’impression.

      PS : Coquille corrigée 😉

      1. Oui, ceci dit il est vrai que c’est en général plutôt vers la fin de leurs études que les étudiants réalisent l’importance de cours d’introduction en méthodologie et culture scientifique. Au début des études, on préfère se plonger dans le vif du sujet plutôt que de s’appesantir de contraintes et cours malheureusement perçus comme rébarbatifs…
        Je suis sûr qu’il y a des universités qui font ça très bien… Des exemples de collègues qui nous lisent ?

        1. Je suis d’accord avec toi, Martin. Souvent en début des études on ne se rend pas compte de l’utilité d’une introduction en méthodologie. Nous avons un séminaire « Competences documentaires » sur notre blog http://germano-fil.hypotheses.org/ pour les doctorants et ils sont très, très contents d’apprendre comment utiliser les flux RSS, Zotero etc., car c’est vraiment utile quand on est en thèse (et ils se rendent compte). Néanmoins, je pense que une telle introduction devrait etre obligatoire pour tous. Il faudrait l’intégrer dans le cursus universitaire.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *