Atelier du master franco-allemand d’histoire EHESS-Universität Heidelberg, 11 et 12 avril 2013, Paris

 

Les mémoires des résistances au national-socialisme en France et en Allemagne

Compte-rendu du débat

 

 

Dans le cadre de l’atelier de printemps du Master franco-allemand de l’EHESS et de l’Université d’Heidelberg s’étant déroulé à Paris les 11 et 12 avril 2013, nous avons pu débattre lors de la matinée du jeudi 11 de différents thèmes concernant les mémoires des résistances françaises et Allemande au national-socialisme. La discussion était basée sur un corpus de textes préparés au préalable.

 

Ce thème de la résistance nous paraissait très intéressant, dans la mesure où il permet de mettre en regard les mémoires des deux pays et soulevait des problèmes voire des polémiques éthiques et politiques.

 

La question de la mémoire peut également permettre d’appréhender des groupes spécifiques dans la mesure où ceux-ci ont fait l’objet de questions mémorielles spécifiques et de se dégager des questions purement historiographiques, tout en essayant de mettre en avant d’autres groupes de résistants pas forcément connus dans le pays voisin.

 

La définition de la mémoire, très complexe, est centrale pour ce débat et peut être caractérisée à la fois par l’expérience vécue et transmise par les individus, les mémoires dites collectives, relèvent d’une influence sociale ou de souvenirs partagés, les formes institutionnelles et politiques de la gestion du passé. Il nous a semblé très intéressant de prendre en considération toutes ces facettes de la mémoire, en nous concentrant peut-être davantage sur la mémoire de groupes particuliers et sur l’instrumentalisation de la construction de leurs mémoires.

 

Pour préparer ce débat, nous avions sélectionné quelques textes qui nous paraissaient essentiels ou particulièrement intéressants et nous avons proposé à nos camarades allemands d’en préparer certains, afin de pouvoir participer activement à la discussion.

Nous avons choisi deux types de textes. Un premier ensemble était constitué de textes relativement généraux, consacrés à aux historiographies tant françaises qu’allemandes, ainsi que sur la question de la mémoire. Un autre ensemble était centré sur quelques groupes de résistants que nous avons voulu mettre en avant plus spécifiquement.

 

Nous n’avons pas choisi ces groupes au hasard : les femmes résistantes sont en effet encore très peu traitées et constitue un nouveau champ d’étude de la recherche sur la résistance ; la Weiβe Rose fait l’objet d’une réception très médiatique mais différente en France et en Allemagne ; le Kreisauer Kreis, quant à lui, est relativement peu connu par le « grand public » et est un exemple d’une résistance politique, avec laquelle nous avons tenté un parallèle avec la France libre ; enfin, les communistes font l’objet de mémoires spécifiques et de réceptions également différentes en France et en Allemagne, mais également de vifs débats au sein de l’historiographie, notamment allemande. Nous avons pensé que l’analyse de la différence et  de l’évolution de la perception de ces groupes dans les mémoires collectives et individuelles alimenterait le débat.

 

Afin d’analyser le traitement de la mémoire officielle d’un point de vue différent, nous avons complété notre corpus par des lettres de la Fondation de la Résistance, pour le côté français, et, pour le côté allemand, différents discours tenus lors des cérémonies en célébration de l’attentat du 20 juillet 1944 – sur lesquels nous reviendrons.

 

En outre, nous avons pu bénéficier d’une visite guidée de l’exposition Résister en Île de France, à l’Hôtel de Ville, organisée par le Musée National de la Résistance de Champigny-sur-Marne. De plus, nous avons ensuite visionné le documentaire Faire quelque chose de Vincent Goubet à l’auditorium de l’Hôtel de Ville. Nous souhaitons remercier les organisateurs de ces deux évènements pour leur accueil cordial et pour le temps qu’ils ont bien voulu nous consacrer.

 

Nous vous proposons donc un compte-rendu, certes non exhaustif, mais qui permet de donner un aperçu des problématiques abordées et des questions soulevées.

 

 

Les évolutions historiographiques sur la résistance en France et en Allemagne :

 

Grâce aux textes étudiés, notamment ceux de Müller et de Azéma et Bédarida, nous pouvons avoir un panorama de l’historiographie de la résistance, même s’il faut prendre en compte le fait que ces textes  ne sont pas très récents, datant respectivement du milieu des années 1980 et du milieu des années 1990.

 

La discussion permet de mettre très vite en exergue qu’il n’y a pas la même mise en valeur de l’histoire scientifique et de l’histoire « grand public », avec la nécessité de définir ce qui est « grand public ». L’histoire de la résistance en Allemagne s’est constituée principalement autour des Gedenkstätte et a longtemps été délaissée par la recherche scientifique.

 

On note en revanche, toujours en Allemagne, l’apparition progressive d’une certaine littérature de l’exil alors qu’elle avait longtemps occultée et on peut citer à ce propos Willy Brandt, exilé pendant la Seconde Guerre Mondiale et qui a dû se justifier lors des élections à la fin des années 1960 d’avoir été un résistant de l’extérieur.

 

Il semble de plus important, lorsqu’il s’agit de faire l’histoire de la résistance, de mettre en avant le temps de la guerre. En effet, résister pendant la guerre, c’était d’abord résister à l’occupant en France, tandis qu’en Allemagne, être résistant était un acte de trahison. Il ne faut pas oublier cette rupture chronologique de la guerre qui constitue un temps particulier. Cette rupture repose les problèmes différemment. Il devient alors beaucoup plus dangereux pour les hommes et les femmes de devenir résistants et la guerre s’avère ainsi une véritable « machine à broyer les résistants ». Il faudrait d’ailleurs peut-être considérer des champs d’action plus large et éventuellement noter une marge de manœuvre plus grande chez des individus jugés indispensables comme par exemple les notables des grandes villes.

 

 

Réceptions des résistances, questions des mythes

 

Les mythes dans la mémoire de la résistance en France et en Allemagne

 

La question du « mythe » de la résistance est très vite abordée dans le débat, dans la mesure où les mémoires des résistances posent très clairement le problème de la construction de mythes.

 

Un mythe « résistantialiste » en France, qui consiste en une exaltation de la Résistance, bien qu’elle ne concerne qu’une minorité de la population française peut être en effet constaté. Peut-on observer une telle exaltation en Allemagne ?

 

Il s’avère qu’en Allemagne, dans les programmes scolaires par exemple, la résistance n’est pas spécialement mise en avant. Ceci peut correspondre à la volonté allemande de ne pas se dédouaner de la responsabilité du passé nazi. En effet, beaucoup d’Allemands ont longtemps refusé de parler de résistance, puisque cela remettrait en cause le modèle de la culpabilité collective, modèle qui avait été le fondement de la politique des Alliés après 1945. De plus, la question après 1945 était moins d’identifier les résistants que d’identifier voire traquer les nazis. Des images stéréotypées des nazis sont d’ailleurs utilisées pour les décrire (bestiaux, bureaucrates) afin de distinguer les bons Allemands et mauvais nazis. Pourtant, des résistants et des historiens se sont, tout de suite après 1945, efforcé de diffuser l’image d’une autre Allemagne qui a résisté à Hitler, en réaction à la politique de culpabilité générale menée par les Alliés.

 

En outre, on peut remarquer une certaine fierté de la résistance au sein de la population allemande. Au sein des familles notamment, les histoires des aïeux résistants sont racontées de générations en générations et on cherche parfois à mettre en avant un certain passé héroïque qui n’est pas forcément réel.

 

Les études récentes sur le nazisme trouvent également un grand écho dans les journaux et périodiques allemands (Die Zeit, Spiegel, FAZ). Ce n’est pas de la vulgarisation mais une façon d’amener le discours scientifique vers le grand public.

 

Parallèlement à ce qui a été  évoqué sur l’absence de la résistance dans les manuels scolaires allemands, la question des programmes scolaires et des mythes qui sont véhiculés dans les écoles françaises est posée. En effet, on peut notamment évoquer le mythe de l’attentisme diffusé au collège lors des séances sur la Seconde Guerre mondiale. On transmet alors l’image d’une masse soumise, qui a « fait avec ».

 

La question de la reconnaissance des résistants

Il peut être problématique pour les résistants d’être reconnus en tant que tel. Il leur faut pouvoir prouver leurs actes de résistance. Or, certains ont profité de cette difficulté et se sont forgés des passés de résistants fictifs. Ces abus tendent à complexifier la reconnaissance des résistants.

Les débats sur le rôle de la Wehrmacht et du Ministère des Affaires Etrangères autour de la réhabilitation de résistants sont par exemple mentionnés.

La question de la reconnaissance nous amène à soulever la question des déserteurs et de la question des pensions qui a également fait l’objet de nombreux débats. En Allemagne dans les années 1990, on refusait en effet de reconnaître les déserteurs et ce n’est qu’à partir des années 2000 que les mentalités vont progressivement changer quant aux déserteurs.

Cette reconnaissance des déserteurs va s’effectuer parallèlement au changement de considération du rôle qu’a joué la Wehrmacht sous le IIIème Reich. On prend en effet progressivement conscience en Allemagne que la Wehrmacht n’a pas seulement défendu l’Allemagne mais a également participé aux crimes. On peut proposer un parallèle du cas des déserteurs avec le problème politique posé à Lionel Jospin au moment de la réhabilitation des fusillés de 1917.

Le cas des exilés, dont la reconnaissance en tant que résistants s’effectue que très tardivement, est également évoqué. Willy Bandt a par exemple été attaqué lors des élections de 1970 comme traitre car il s’était exilé.

 

 

Instrumentalisation des mémoires des résistances

Nous avons déjà évoqué la construction par certaines personnes d’un passé de résistant et des abus à ce propos. On peut citer le cas éloquent des cercles prussiens, qui ont récupéré l’image de Stauffenberg et qui l’ont valorisé. Ce phénomène pose la question de l’instrumentalisation de la mémoire de la résistance.

On peut distinguer une récupération de la résistance à deux niveaux : au niveau politique et au niveau familial.

Il semble que la discussion s’oriente davantage en direction de la dimension politique de l’instrumentalisation de la mémoire et on peut employer l’expression de « champ de bataille entre partis » pour caractériser la mémoire collective.

 

L’affaire « Guy Môquet » en France sous le quinquennat de Nicolas Sarkozy est à ce propos évoquée. Cette loi, qui devait rendre obligatoire la lecture de la dernière lettre de Guy Môquet dans les écoles primaires, était d’autant plus critiquable qu’elle s’accompagnait également d’une identification d’un élève de CM2 à un enfant juif, déporté dans un camp de concentration.

On peut également citer Jean-Luc Mélenchon, qui  revendique l’héritage de la résistance.

 

La tentative de Nicolas Sarkozy en 2008 de s’approprier un lieu de mémoire, le plateau des Glières, haut lieu de la résistance maquisarde, a été empêchée en 2009 par des organisations ou associations d’anciens résistants. Ceux-ci n’ont d’ailleurs pas non plus souhaité une récupération politique de leur mémoire par la gauche.

L’évocation de la venue le 6 avril 2013 de Jean-Marc Ayrault en Bavière, qui a visité l’exposition à Munich sur Sophie Scholl, ne constitue pas une récupération politique de la mémoire mais peut symboliser un possible point de rapprochement franco-allemand par la mémoire de la résistance.

 

Les groupes de résistants – mémoires particulières

Il faut effectuer une distinction dans ce qu’on appelle « résistance » en France et en Allemagne et notamment autour des groupes résistants et non-résistants : en France la on parle de résistants et de collaborationnistes tandis qu’en Allemagne, on différencie les résistants de ceux qui étaient soumis.

 

La présentation du texte de Richard Löwenthal et de Patrick von zur Mühle permet de mettre en évidence différentes manières de résister.

La notion de « Widerstand » est, pour eux déclinable en quatre catégories, non pas complétement séparées, mais liées entre elles :

–          « Nonkonformität » : « non conformité » ; pas/peu d’adaptation. Ne pas accepter l’ordre établi.

–           « Resistenz » : « résistance » dans un sens médical, rejet d’une maladie, d’attaques étrangères, d’un corps étranger. Réaliser des actions contre ce corps considéré comme étranger.

–           « Verweigerung » : « refus » ; refuser d’accomplir un acte spécifique, de manière tenace, résolue, ferme d’obéir à un ordre. Là aussi, refuser l’ordre établi, les décisions, etc.

–          « Selbstbehauptung » : terme intraduisible, qui signifie la mise en valeur de soimême. Volonté de changer les choses, le régime politique en place, pour le remplacer par ses propres idéaux/programmes/régimes politiques.

 

On peut toutefois regretter la systématisation excessive des actions des individus par les historiens qui essayent de caractériser leurs comportements à grands traits. Les historiens ont en effet un certain goût pour les taxinomies qui ont le défaut de gommer les singularités des expériences des individus. Or, oublier ces singularités, c’est mettre toutes les vies humaines à la même hauteur, le sujet  lui-même étant d’ailleurs rétif aux catégories.

De plus, ces analyses, qui sont des compréhensions après-coup ne simplifient-elles pas l’expérience résistante ?

Pourtant, en contrepoint à cette critique, nous pouvons remarquer qu’il existe, de la part des résistants, une forte demande de s’inscrire dans une mémoire collective.

 

La résistance communiste

Le texte Beiträge zum Widerstand : der deutsche kommunistische Widerstand während des Krieges, par Beatrix Herlemann, publié en 2001 par la Gedenkstätte Deutscher Widerstand à Berlin permet d’avoir un panorama sur les modes d’actions de la résistance communistes ainsi la perception et la persécutions de ces résistants mais n’est pas un texte directement orienté vers des questions mémorielle.

On peut évoquer en complément les exemples peu connus du NKFD, un mouvement de résistance allemand et la Rote Kapelle, un groupe constitué par des officiers qui alimentaient un réseau de renseignements.

Il faut prendre en considération que le fait de résister pour les communistes devait être, dans leur idéologie, naturel.

 

Le Kreisauer Kreis

Il nous a semblé intéressant de consacrer un texte au Kreisauer Kreis, un mouvement de résistance conservateur relativement peu connu que ce soit en Allemagne ou en France.

Le Kreisauer Kreis, composé d’une vingtaine de membres actifs et d’une vingtaine de sympathisants, a organisé des débats conspirateurs pour trouver un projet politique afin de remplacer le IIIe Reich. On a pu découvrir des notes de réunion, des projets de constitutions qui attestent de l’activité du Kreisauer Kreis.

Ses membres venaient de différents milieux sociaux : des nobles, des socialistes, des bureaucrates formaient ce groupe. Ils étaient conscients que l’Obrigkeitstaat ne pouvait pas fonctionner et ils se sont rendus compte que la Bedigungslose Kapitulation était inévitable. Dès 1943, ils prennent conscience que seuls les Alliés pourront reconstruire l’Allemagne. Dans leurs discussions, on retrouve une réflexion croisée de la conception de l’État.

De plus, le Kreisauer Kreis a activement contribué à la constitution du mythe de Claus von Stauffenberg.  Le débat en Allemagne est d’ailleurs encore très vif sur Stauffenberg et le fait que celui-ci ait agit quand la Wehrmacht perdait le contrôle, tendrait peut-être à nuancer le caractère politique de cet attentat de 1944.

 

Weiße Rose

La Weiβe Rose est certainement le groupe le plus connu de la résistance allemande au nazisme. Le discours de Joachim Gauck prononcé le 30 janvier 2013 permet d’attester de l’actualité et de la symbolique forte de ce groupe de jeunes étudiants résistants. Un terme apparaît comme particulièrement intéressant dans ce texte, « Verdrossenheit », c’est-à-dire la lassitude politique. L’emploi de ce terme est une façon pour lui d’amener les étudiants devant lesquels il tient son discours, à s’interroger sur la politique afin de ne pas rester passifs face aux évènements. Joachim Gauck lance en effet un appel solennel à la résistance avec la répétition de la phrase « einer muss doch schließlich damit anfangen! » de la Weiβe Rose.

La question de la mémoire de ce groupe est également évoquée dans ce discours et notamment les risques d’une trop grande héroïsation de ces jeunes étudiants résistants, qui contribuerait à ce qu’on les considère comme venant d’un autre monde, de sorte qu’ils ne pourraient plus servir de modèle.

La Rose Blanche est également le groupe de résistants le plus médiatisé. Le livre d’Inge Scholl, la grande sœur de Sophie et de Hans Scholl, dans lequel elle explique les parcours de son frère et de sa sœur afin de montrer la différence de leurs engagements, a contribué à cette médiatisation. Or, à la lecture du livre, on constate que c’est Hans Scholl qui a été la tête pensante du groupe alors que c’est Sophie qui est mise en avant dans la mémoire.

Sophie Scholl est également plus présente que son frère dans les mémoires en Allemagne, même s’il arrive aussi de parler des « Geschwister Scholl », plus d’écoles, de bâtiments, de rues portent seulement son nom.

Il est intéressant de s’arrêter sur cette mise en avant de la figure de Sophie, d’une jeune fille résistante, dans la mémoire médiatique de la Weiβe Rose. Pourquoi a-t-elle fait l’objet d’une mémoire spécifique ?

Mettre Sophie en valeur dans la mémoire peut être interprété comme une volonté de mettre en avant la résistance civile, son frère et ses amis étant militaires. D’ailleurs, sur la première édition du livre d’Inge Scholl aux Editions de Minuit, maison d’éditions d’ailleurs rattachée à un groupe de résistants pendant la Seconde Guerre Mondiale, la photo de Sophie Scholl avec ses frères a été recadrée afin de ne pas montrer ces derniers qui étaient en uniforme. De plus, Sophie Scholl peut être présentée, au contraire des résistants catholiques, communistes ou militaires, comme une résistante « neutre » et ce serait ce qui contribuerait à ce qu’elle fasse davantage partie de la mémoire collective. Ne serait-elle pas quelque part une Anne Frank qui a résisté ?

De plus, la décapitation de Sophie Scholl, cette forme extrêmement violente d’exécution, a peut-être également contribué à faire naître un imaginaire et a suscité une vive émotion. Le mythe se diffuse en effet aussi par l’image, avec l’exemple célèbre de Sophie Scholl juste avant son exécution, la tête sous la guillotine ou encore l’image de Jean Moulin, avec son long manteau et son chapeau.

 

Les femmes

Le texte de Claire Andrieu soulève la question de la spécificité de la résistance féminine, à savoir peut-être une moins grande revendication des actes de résistance de la part des femmes, ce qui complique l’identification des résistantes, et le sentiment d’un devoir naturel à accomplir. Cette spécificité se situe peut-être également au niveau des motivations de ces femmes : se sont-elles engagées car elles étaient femmes et mères ? Les statistiques révèlent en effet que le fait d’être mère de famille constitue un facteur d’engagement et Jean-Dominique cite à ce propos Lucie Aubrac et Lise London, épouse d’Arthur London.

De plus, aurait pu constituer pour certaines femmes un moyen pour rentrer dans la vie politique et publique.

Le texte permet également de soulever la question de la réalité des actes : les actes des femmes sont-ils différents des actes masculins et si oui, dans quelle mesure ?

Il ressort de ce texte une certaine difficulté de cerner la place des femmes dans la résistance en raison de leurs multiples actions et fonctions.

La question du port des armes se pose également puisque les femmes n’avaient pas le droit de les porter, même dans la résistance. On peut citer l’exemple d’une femme résistante qui a formé aux explosifs tout le maquis de Bretagne et qui se voit refuser de porter un pistolet au moment de la Libération.

Le fait que la résistance allemande était une résistance non armée peut amener à s’interroger sur un rôle peut-être plus actif des femmes dans la résistance en Allemagne qu’en France.

 

Les discours autour du 20 juillet 1944

Avant de conclure, nous voulions évoquer une dernière fois de la mémoire officielle et de son éventuelle instrumentalisation. Pour cela, une présentation rapide d’une comparaison entre dix discours tenus lors de cérémonies en hommage aux hommes du 20 juillet 1944 a été faite.

Des discours en hommage aux victimes du national-socialisme furent tenus dès la fin de la Seconde Guerre mondiale. Leurs contenus « suivent » les évolutions du contexte politique et de « l’opinion publique », notamment par rapport à tel ou tel groupe de résistants. Les discours à l’occasion du 20 juillet constituent un exemple-type de ces évolutions. Dix discours tenus à la Gedenkstätte Deutscher Widerstand (construit sur le lieu où furent exécutés Stauffenberg et d’autres) entre 1991 et 2011 furent choisis. Sept d’entre eux sont le fait de personnalités politiques de la SPD ou de la CDU/CSU, deux d’anciens résistants (Ludwig Freiherr von Hammerstein et Freya Gräfin von Moltke) et le dernier de Georg Bach, représentant du Zentralverband Demokratischer Widerstandskämpfer- und Verfolgtenorganisationen.

Ils sont donc tenus à la base à la mémoire des hommes de l’attentat et du coup d’État du 20 juillet 1944. Cependant, on remarque que ces discours rendent, à un degré plus ou moins important, un hommage plus général aux hommes et aux femmes qui ont résisté au et lutté contre le nazisme. Certains (Wolfgang Thierse ou Christine Bergmann, tous deux de la SPD, par exemple) insistent sur la diversité de la résistance, tandis que d’autres se concentrent sur un groupe particulier (comme Thomas de Mazière (CDU) sur la résistance national-conservatrice et militaire).

Il est également remarquable que sur ces dix discours, huit (à l’exception de celui de Thomas de Mazière et de von Hammerstein, qui raconte son expérience de résistant) font un parallèle entre la résistance au IIIe Reich et à celle en RDA.

Une évolution notable dans la teneur des discours est le rapport à la réunification de l’Allemagne. Dans les discours de la première moitié des années 1990, la question de la réunification est, logiquement, très présente. Cependant, malgré les parallèles avec la RDA, les mentions à la réunification disparaissent dans les discours des années suivantes, à l’exception de celui de Wolfgang Thierse, ce qui s’explique assez facilement : en effet, il date du 20 juillet 2000, soit moins de trois mois avant le dixième anniversaire de la réunification.

Enfin, malgré des différences certaines dans les contenus des discours – notamment du fait de l’appartenance à telle ou telle famille politique – on peut dire que ces discours reflètent l’évolution plus générale de la vision des différents groupes de résistants. Communistes comme militaires ou religieux : tous sont légitimés et reconnus ; à l’exception notable des Fahnenflüchtiger, des déserteurs, qui ne sont mentionnés dans aucun de ces dix discours.

Georg Bach conclue son discours, tenu en 1991, par une phrase pouvant porter à débat : « Heute aber wissen wir: Es gab nur einen Widerstand, den gegen Hitler! ».

 

 

Conclusion

Ce débat a été très riche et a permis, comme espéré, d’aborder d’une manière assez précise la problématique des mémoires des résistances et de leurs enjeux. Même si la comparaison franco-allemande n’a malheureusement pas été très développée, l’approche transnationale de la résistance a été un fil conducteur de la discussion et a mis en lumière des mémoires et des réceptions parfois différentes de certains groupes de résistants. Les questions de la transmission, de l’instrumentalisation, de la construction et de la spécificité de ces mémoires ont été développées en s’appuyant sur de nombreux exemples, ce qui constitue un point très positif du débat.

Même si les mémoires individuelles des résistances ont été quelque peu éludées et qu’on a davantage évoqué des mémoires de groupes ou des mémoires collectives, le débat n’a pas été enfermé, grâce notamment aux exemples que chacun a pu apporter et aux textes sur les groupes spécifiques, dans une réflexion trop théorique et qui s’attacherait trop à construire des catégories figées. Au final, la mémoire individuelle ne peut se détacher de la mémoire « collective », étant soit le fondement ou le produit de celle-ci. De plus, nous avons pu entendre de beaux témoignages de résistants dans le documentaire « Faire quelque chose » de Vincent Goubet que nous avons pu voir à l’auditorium de l’Hôtel de Ville.

L’exposition a permis également d’enrichir et d’approfondir le débat avec une visite guidée très documentée et qui mettait en avant beaucoup d’éléments très intéressants, tout en ouvrant d’autres problématiques et champs, comme par exemple celle de la littérature de la résistance, notamment la Bande dessinée de la résistance.

 

Nous remercions tous les participants, les directions allemande et française du Master ainsi que  Johan Lange, Marie Calvary et Jean-Dominique Delle Luche pour l’organisation.

Antonin Dubois, Florian Godefroy et Sara Wlodarczyk

 

 

 

Liste des participants :

EHESS

Professeurs : Stéphane Audoin-Rouzeau, Jean-Dominique Delle Luche, Vincent Duclert, Alain Messaoudi

Étudiants : Antonin Dubois, Thomas Duval, Julius Gerbracht, Florian Godefroy, Tal Grebel (absente), Sara Wlodarczyk.

 

Universität Heidelberg

Professeurs : Sven Externbrink, Johan Lange, Thomas Maissen, Dorothea Nolde

Étudiants : Dominique Biehl, Pierre Gruss, Jérôme Lenzen, Stefan Preiß, Nina Regis, Christina Thenuwara, Camille Van de Velde, Tobias Wildegger.

 

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *