Tous les articles par Florian Godefroy

Étudiant du Master recherche franco-allemand en Histoire entre l'EHESS et l'Universität Heidelberg. Projet de recherche actuel: "Accepter l'occupation. L'enseignement du français par les autorités d'occupation à Mayence. (1918-1930) " (sous la direction d'Yves Cohen et de Katja Patzel-Mattern)

Essai – Réflexions sur la mémoire du 11 novembre et du projet de commémoration du centenaire de la Grande Guerre

Cet essai se base sur les propos tenus par Stéphane Audouin-Rouzeau lors de la séance « La République face au centenaire de la Première Guerre mondiale : une commémoration difficile ? » dans le cadre du séminaire « République, morale et socialisme : à l’épreuve de la Grande Guerre » organisé par Vincent Duclert, Christophe Prochasson, Stéphan Soulié et Frédéric Worms à l’EHESS.

La première guerre mondiale est un conflit majeur pour l’histoire contemporaine européenne et mondiale.1 Environ 60 millions de soldats ont pris part à ce conflit et cette guerre a fait 9 Millions de mort et plus de 20 millions de blessés. La France, étant puissance victorieuse de ce premier conflit mondial, n’a cessé de garder vivant la mémoire de ce conflit mondial en instaurant notamment le 11 novembre comme jour férié dès 1922. En ce jour férié très ritualisé, il était question de commémorer l’armistice de 1918, ainsi que de penser aux français morts pour la Nation durant la Première Guerre mondiale. La cérémonie se déroule aujourd’hui de la façon suivante :

La cérémonie de commémoration débute par le dépôt d’une gerbe tricolore devant la statue de Georges Clemenceau, puis consiste à remonter les Champs-Élysées escorté par les cavaliers de la garde républicaine afin de passer les troupes en revue sur la place Charles-de-Gaulle, pour finalement se recueillir sur la tombe du soldat inconnu sous l’Arc de triomphe.

Avec la mort du dernier poilu en 2008 Lazare Ponticelli – la commémoration est passée d’une commémoration de la Grande Guerre à une commémoration s’inspirant largement du Memorial Day américain, une commémoration des derniers soldats morts à ce jour. Le 11 novembre 2011, Nicolas Sarkozy rendait hommage aux 13 soldats français mort en Afghanistan pour la France.2Le 11 novembre 2012, François Hollande réitérait ce geste.
Le devoir de mémoire et la volonté d’organisation d’un centenaire de la première guerre mondiale est une initiative louable, elle a pour but de définir un ensemble de grandes dates et de valeurs pour la commémoration des 5 prochaines années. Cette initiative s’inscrit dans le cadre d’une volonté de réconciliation et de la création d’une mémoire européenne.3En septembre 2011, Joseph Zimet remettait un rapport au chef de l’État Nicolas Sarkozy intitulé « Commémorer la Grande Guerre (2014-2020) : propositions pour un centenaire international » pour créer une mission préparant la commémoration du centenaire de la première guerre mondiale du côté français. Cette mission a pour but de définir l’ensemble des dispositions et commémorations qui auront lieu entre 2014 et 2018, ainsi que les moyens humains et les valeurs que ce centenaire doit véhiculer. Pour l’année 2014, 6 grands événements ont été choisis pour débuter la commémoration du centenaire sur lesquels on reviendra un peu plus tard.

De façon plus générale, il n’est pas ici question de remettre en cause l’organisation d’un centenaire de la Grande Guerre, mais de réfléchir plus en profondeur à la pertinence ou non de la commémoration de la Grande Guerre et de la politique mémorielle actuelle liée à cet événement essentiel pour l’histoire européenne du XXème siècle.

Le 11 novembre et sa commémoration depuis la mort de Lazarre Ponticelli.

Avec la mort de Lazarre Ponticelli en 2008, il n’existe plus de trace « vivante » de la Grande Guerre, contrairement à la Seconde Guerre mondiale. Cette mort a poussé les politiques et certains historiens à réfléchir à une refonte de la commémoration du 11 novembre. L’enjeu était de taille, car pour les nouvelles générations la Grande Guerre est devenue partie intégrante de la « grande Histoire » ; une histoire plus lointaine et virtuelle dont il est difficile de trouver une attache. L’organisation du centenaire et le changement de commémoration ont aussi pour but de ne pas faire oublier cet événement qui est si souvent sous-étudié par rapport à la Seconde Guerre mondiale.4

Malgré cette volonté affichée de ne pas oublier la première guerre mondiale, la décision de l’ancien chef de l’État Nicolas Sarkozy de combiner une commémoration de 1914 et de 1944 en une seule et unique célébration me paraît extrêmement maladroite et intellectuellement douteuse. La justification ayant été qu’il existerait une « continuité des conflits ».5

Il est vrai qu’il existe une certaine continuité comme le montre très bien Georges L. Mosser avec son idée de la « brutalisation des sociétés » dans l’entre-deux-guerres, qui est devenue un courant majeur dans l’historiographie de l’entre-deux-guerres.6L’idée de Mosser est dire que les sociétés européennes ont acceptées l’état d’esprit de la Grande Guerre qui permet la continuité d’une agressivité dans la politique en temps de Paix : la banalisation de la violence et la brutalisation des sociétés auraient permis la montée des nationalismes.

En considérant ce courant historiographique, il est évident qu’on ne peut pas comprendre la Seconde Guerre mondiale sans étudier la première. En revanche associer 1914 et 1944 risque de mettre sur un même plan la Première et la Seconde Guerre mondiale qui ne sont pas du tout fondées sur les mêmes problématiques, la seconde étant bien plus idéologique et industrielle que la première. Aucune personne ayant étudié un minimum l’histoire européenne ne mettrait l’Allemagne de 1914 et 1944 au même niveau. En confondant ces deux événements, cela risque dembrouiller les générations futures, de desservir le message de paix mis en avant par ce centenaire de la Première Guerre mondiale et de mettre sur le même plan mort deux choses complètement différentes (en extrapolant) :Mots des tranchées et morts de la Shoah.

Pour en revenir à la refonte de l’événement du jour férié du 11 novembre en luimême, il est important de s’intéresser aux termes utilisés dans le texte de loi, notamment dans l’article 1.7

« Le 11 novembre, jour anniversaire de l’armistice de 1918 et de commémoration annuelle de la victoire et de la Paix, il est rendu hommage à tous les morts pour la France. Cet hommage ne se substitue pas aux autres journées de commémoration nationales.« 

Ici le terme à retenir est « à tous les morts pour la France ». On ne parle pas ici des soldats de la Grande Guerre, mais bien de tous les morts pour la France. On commémore ici autant les soldats de la grande guerre que ceux de la guerre d’Algérie, de la guerre d’Indochine, de la guerre de 1871, de l’intervention française en Afghanistan et bientôt ceux des interventions en Libye et au Mali.

De cette façon, la Première Guerre mondiale est mise au rang « d’un conflit français parmi tant d’autres » en enlevant le caractère exceptionnel de cet événement. Par ce fait, la Première Guerre mondiale devient un type événement qui n’intéressera plus que les passionnés, les historiens et n’aura plus cette valeur « pédagogique » qu’elle a eu. La mission pour le centenaire a donc un rôle déterminant à jouer dans la politique mémorielle.

Le Centenaire de la première guerre mondiale sur fond de controverses.

La mission du centenaire de la première guerre mondiale a défini un ensemble d’évènements de commémoration pour l’année 20148 :

Une ouverture européenne, à Sarajevo, le 28 juin 2014, avec un grand rassemblement culturel européen et la réunion exceptionnelle des chefs d’État et de gouvernement européens pour une commémoration de l’événement déclencheur de la Première Guerre mondiale.

Une fête nationale, le 14 juillet 2014, mettant à l’honneur toutes les nations engagées dans la Grande Guerre, avec l’invitation des chefs d’État et de gouvernement pour le défilé du 14 juillet, où seraient invités à défiler les soldats de tous les pays belligérants de la Grande Guerre. Après le traditionnel défilé du 14 juillet, une parade géante serait organisée sur les Champs-Élysées, mise en scène par la troupe du Royal de Luxe, qui amènerait pour la première fois à Paris ses célèbres géants, déjà consacrés dans le monde entier.

La commémoration du centième anniversaire de l’assassinat de Jean Jaurès, le 31 juillet 2014.

Une commémoration décentralisée de la mobilisation générale et de l’entrée en guerre, le 2 août 2014, partout en France, avec le concours des communes.

La commémoration de la première bataille de la Marne, au mois de septembre 2014.

L’entrée au Panthéon de Maurice Genevoix, porte-parole légitime de la génération des combattants de la Grande Guerre, le 11 novembre 2014.

Certains points m’ont parus intéressants à être analysés dans le cadre de cet essai.

Le premier, et sûrement le plus polémique, est la question du « grand rassemblement culturel européen » à Sarajevo le 28 juin 2014. Le point de départ était de débuter la commémoration où 100 ans plus tôt tout avait commencé. Mais cette idée se heurte à la réalité politique et à l’histoire de ce pays, qui a connu de graves crises intérieures et qui n’a pas été un modèle pour ce qui est des droits de l’Homme ; notamment pour la question kosovare ou lors de la guerre de Yougoslavie. Une question importante se pose : Comment peut-on inviter la plupart des chefs européens à Sarajevo sans parler des massacres et de la guerre yougoslave ?

En plus de cette question morale se pose une autre question : Pourquoi commencer le centenaire de la Première Guerre mondiale par la commémoration d’un assassinat perpétué par un indépendantiste serbe ? C’est effectivement un élément déclencheur qui par la suite (et par le jeu diplomatique) va amener à la guerre. Mais en tant qu’historien, il faut se rappeler qu’un assassinat ne mène pas forcément à la guerre et que c’est un ensemble de facteurs (et donc pas seulement cet assassinat) qui a mené à la première guerre mondiale.9

Le deuxième point à analyser est celui d’un 14 juillet « mettant à l’honneur toutes les nations engagées dans la Grande Guerre ». En dehors des problèmes techniques qui peuvent exister sur le rythme du pas des autres armées nationales sur une musique française, il est important de se poser la question d’une cérémonie telle qu’elle est envisagée.

Tout d’abord, le 14 juillet est une fête nationale. Le terme« fête nationale » sous-entend une prépondérance de la « nation », ce qui me paraît être en contradiction avec les valeurs mises en avant du centenaire de la première guerre mondiale ; c’est à dire un message de paix et une volonté de souvenir. En effet, les nationalismes ont été des moteurs dans les processus guerriers et non dans les processus de paix. 10

De plus, l’invitation de toutes « les nations engagées » dans la Grande Guerre est aussi intéressant. Il est difficilement compréhensible quelle place pourrait avoir par exemple l’Allemagne dans cette cérémonie. Un défilé militaire est une mise en avant d’une puissance guerrière et l’Allemagne pourrait ressentir cela comme une énième remémoration de la défaite. Ce qui n’est pas le but de ce centenaire.

Finalement, un argument assez simpliste pourrait être de dire que l’événement « commémoré » le 14 juillet n’est en rien lié à la première guerre mondiale ou à un processus de paix.

Le troisième et dernier est la question des personnalités mises en avant pour ce début de centenaire : la célébration de l’assassinat de Jean Jaurès d’une part et lapanthéonisation de Maurice Genevoix d’autre part. Je n’insisterais pas sur les problématiques soulevées par Stéphane Audouin-Rouzeau autour de la personne de Maurice Genevoix, mais je m’intéresserais de façon plus large à la problématique soulevée par ces célébrations. En effet, le fait de mettre en avant ces deux personnages peu importe leurs pensées, leurs actes ou leurs nationalitésest une énième mise en avant des « grands » de l’Histoire, alors que la caractéristique principale du premier conflit mondial est qu’il ait ce côté anonyme et massif. Il est donc triste de voir qu’on s’intéresse à deux personnages (importants certes) au détriment du « poilu », qui est celui qui a mené la guerre, qui a souffert et qui devrait servir de modèle pour une commémoration.

Pour conclure, il faut souligner l’importance d’une célébration de la première guerre mondiale, qui est un événement majeur de l’histoire de France. Depuis la mort du dernier poilu, un ensemble de politiques et lois mémorielles ont vu le jour qui peuvent mettre à mal le message d’une commémoration du 11 novembre.

Il faut ajouter aussi le problème que peut avoir une initiative franco-française d’un centenaire de la première guerre mondiale, qui est devenu en quelque sorte aussi une guerre politique entre gauche et droite. La formule « Commémorer la Grande Guerre (2014-2020) : propositions pour un centenaire international » du rapport initial n’est que tromperie, il n’y a pas un organisme de réflexion « international » ni une consultation soutenue des partenaires européens sur cette question.

Il aurait surement été plus pertinent de créer un centenaire « européen » de la Première Guerre mondiale en invitant des historiens allemands, anglais, italiens, etc… à réfléchir sur une commémoration globale.11 Ceci pourrait éviter que ce centenaire soit un objet politique en France et permettrait de créer une mémoire européenne de cet événement. Il semble donc clair que l’objet de la critique n’est pas la nécessité d’un tel événement mais plutôt la manière et le contenu de celui-ci.
Florian GODEFROY
Références:

1L’ensemble des informations factuelles et statistiques sur la première guerre mondiale et l’entre-deux-guerres sont tirés des ouvrages suivants : Sylvain Schirmann, Quel ordre européen: de Versailles à la chute du IIIe Reich, Paris, Colin, coll. « Collection L’histoire au présent », 2006, 335 p et Pierre Milza, Les relations internationales de 1918 à 1939, Paris, A. Colin, coll. « Cursus », 1995.

2Voir http://www.humanite.fr/politique/11-novembre-un-memorial-day-la-francaise-508266 consulté le 13/02/2013

3J. Horne, « Guerres et réconciliations européennes au 20e siècle », Vingtième Siècle. Revue d’histoire, 2009, vol. 4, no 104, pp. 3‑15.

4En effet le volume horaire des cours liés à la première guerre mondiale sont nettement inférieurs à celui de la seconde guerre mondiale dans l’enseignement secondaire.

5Propos repris par Maud Vergnol dans l’article de l’Humanité « 1914-2014 : régression mémorielle ? » paru le 9 Novembre 2012 : http://www.humanite.fr/politique/1914-2014-regression-memorielle-508269

6George L Mosse, De la Grande Guerre au totalitarisme : la brutalisation des sociétés européennes, Paris, Hachette littératures, 1999.

7Voir Loi n° 2012-273 du 28 février 2012 fixant au 11 novembre la commémoration de tous les morts pour la France

8http://www.ile-de-france.gouv.fr/index.php/prefecture/L-action-de-l-Etat/Centenaire-de-la-Premiere-Guerre-mondiale/Calendriers-des-evenements/2014 consulté le 14/02/2013

9Un facteur déterminant est les buts de guerre allemands d’avant 1914. Sur cette thématique voir :

Fritz Fischer, Griff nach der Weltmacht: die Kriegszielpolitik des kaiserlichen Deutschland 1914-1918., Düsseldorf, Droste, 1984.

10Hermann Hagspiel, Verständigung zwischen Deutschland und Frankreich?: die deutsch-französische Aussenpolitik der zwanziger Jahre im innenpolitischen Kräftefeld beider Länder, Bonn, L. Röhrscheid, coll. « Pariser historische Studien », 1987, 575 p.

11Il existe un grand nombre d’historiens qui s’occupent de la Grande Guerre en Europe. Une initiative du Max Weber Institut cherche justement à apporter un renouveau plus global à l’historiographie européenne de la Grande Guerre. Voir http://www.maxweberstiftung.de/forschung/erster-weltkrieg.html
On peut aussi noter l’excellent travail effectué par le Centre International de Recherche de l’Historial de la Grande Guerre dont on peut lire le carnet de recherche sur http://1418.hypotheses.org/